Aller au contenu principal
août 16, 2022 / ninannet

Aimer jusqu’à la fin des temps.

« Le verbe aimer pèse des tonnes. Des tonnes de chagrin, de joie, d’inquiétude, de doute, de cris, d’extase. Ne le fuis pas. Ne pas aimer pèse encore plus lourd » de Félix Leclerc

Je me souviens petite fille, j’effeuillais la marguerite sans trop appréhender la symbolique de ce petit jeu « je t’aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout… Et quand il ne restait plus de pétales arrivée à « pas du tout », j’étais dépitée et je recommençais.

Depuis vous vous en doutez, j’ai grandi et j’ai compris la puissance du verbe aimer.

J’ai pleuré, j’ai ri, j’ai rêvé, j’ai espéré, désespéré également… Mais pas longtemps ! Il paraît que je rebondis toujours ! Parce que AIMER c’est RESPIRER. Peut-on vivre sous respirateur artificiel toute sa vie ? Je n’ose y songer ! Non on aime trop la Vie déjà, le ciel étoilé, le soleil, la mer, les nuages et leurs messages, les animaux, les fleurs, la bonne table et le bon vin qui me fait chanter.

J’aime les défis. Quand je les remporte je suis fière, sinon je me dis que je vais réessayer. J’aime m’entêter !

J’aime le petit oiseau qui vient se poser sur le rebord de la fenêtre et je ne bouge pas de peur de le voir s’envoler.
J’aime un bon film et je me repasse en mémoire les scènes les plus captivantes.

Un baiser furtif, un regard, un sourire, une parole, peuvent changer un chemin monotone en un paradis, même pour un laps de temps infiniment court !

J’ai tant aimé dans ma vie que j’ai toujours peur de ne plus ressentir un jour ce sentiment. Cela voudrait dire que j’aurais baissé les bras.

Et comme on sait que j’ai failli en perdre un de bras, alors je me rassure tout aussitôt, je continuerai à aimer jusqu’à mon dernier souffle, à-bras-le- corps !

août 9, 2022 / ninannet

La Saint Amour

Bonjour mes amies et amis.

« L’Amour n’est pas seulement un sentiment, il est un art aussi » Honoré de Balzac
Par l’imprimeur CLIP, le Saint Patron de mes livres, j’apprends qu’aujourd’hui c’est la Saint Amour.

Depuis gamine j’ai été sourcée à la potion magique de l’Amour. Mes parents étaient très amoureux l’un de l’autre, ma mère, romantique dans l’âme, lisait « Bonne Soirée » et « Nous Deux » que mon père allait lui acheter tous les vendredis soirs. J’étais impatiente de les lui chiper en douce et m’en abreuvais jusqu’à plus soif…

Peut-on vivre sans Amour ? Peut-on se passer de cet élixir sans quoi nos vies seraient bien fades ?

J’aime aimer. J’aime aimer d’Amour, d’Amitié, de tendresse, d’un regard, d’un mot, d’un sourire, d’un élan dusse-t-il ne durer qu’un court instant.

Laps de temps qui n’appartient qu’à ceux qui entretiennent ce feu d’Amour, inextinguible en soi.

Alors à tous les amoureux je vous souhaite une longue vie d’Amour.

À toutes les personnes esseulées par les circonstances de la vie, je vous souhaite « l’envie d’avoir envie » et de retrouver d’instinct le chemin de l’Amour sous toutes ses formes.

À Toutes et tous, regardez autour de vous, il y a sûrement quelqu’un à aimer, à consoler, à encourager, à aider d’un simple sourire, d’une parole apaisante, de confidences à partager.

« Il n’y a rien de plus précieux en ce monde que le sentiment d’exister pour quelqu’un » Victor Hugo.

C’est aussi ça la SAINT AMOUR ! 

Petite pensée venue toute seule m’offrir son coeur.
août 5, 2022 / ninannet

Nocturne littéraire à Bormes les Mimosas.

Bonjour les amies et amis, lectrices et lecteurs,

« Il faut avoir une grande musique en soi si l’on veut faire danser la vie ». Friedrich Nietzsche

Un rapide retour sur la Nocturne Littéraire à Bormes les Mimosas ce mercredi.

Dès 17h, beaucoup de monde, de sourires, d’enfants léchant des glaces… Normal il faisait chaud! Beaucoup moins de touristes étrangers.

Les Borméens sont très fidèles et d’une année sur l’autre reviennent se faire dédicacer les nouveautés de leurs auteurs chouchous.

À 19h, beau discours du maire, prise de photos sur mon stand avec Dominique et quelques auteurs… puis buffet dinatoire très agréable, vraiment !

Vu le nombre bien plus important d’auteurs, pas de prouesses de dédicaces mais score très honorable. Et surtout, surtout, des rencontres très touchantes, qui marquent !

Celle d’avec Laura et ses parents. Voici ce que m’écrit sa maman dès le lendemain « c’est la première fois que Laura rencontrait une auteure et cet échange avec vous l’a enthousiasmée, lui donnant plus que jamais envie de se lancer dans la lecture de votre roman et de nous accompagner lors de prochains salons littéraires… ». Merci à Sophie et Stéphan ses deux parents adorables.

Rencontre empathique avec Catherine H. psychothérapeute clinicienne qui exerce depuis plus de quarante ans et qui a eu un coup de foudre pour le tome 5 de « Gracieuse et Panache-un rosier pour maman ». « Ça me plait beaucoup, je ne résiste pas à vous le prendre et ça va me servir » me dit-elle.

Et la cerise sur le gâteau, ma petite lectrice Emma rencontrée samedi dernier à Cogolin, est revenue avec ses parents, tout souriants pour ma surprise. Emma m’annonce comme une évidence qu’elle a déjà lu (en 3 jours) le dernier « Gracieuse-Un rosier… » et qu’elle souhaitait lire « Lettre à pépé Charles ». Je précise tout de même que ÉMMA n’a même pas cinq ans… Là vraiment je suis plus qu’admirative, moi enfant précoce je peux comprendre son comportement ! Dès l’âge de 4 ans je dévorais en cachette les « Bonne soirée » et « Nous Deux » de ma maman. Mille mercis à ses parents.

Merci à Émeline, Elsa, Ilda et sa mamie Véro, Victoire et sa mamie Anne, Gérard…

Quinze jours de repos s’imposent. À très bientôt.

août 1, 2022 / ninannet

La gentillesse

Bonjour mes amies et amis. Bonjour les Cogolinoises et Cogolinois.

Je dédicace depuis plus d’une dizaine d’années, dans divers endroits, parfois dans des conditions difficiles ou au contraire dans un environnement chaleureux. Et toujours la même angoisse de se dire « comment va se passer cette journée ? Va-t-il y avoir du monde ? Va-t-on m’écouter ?

C’est la loterie, la fête ou la galère !

Eh bien moi samedi, à Cogolin, j’ai côtoyé toute la journée la gentillesse.  Très longtemps on m’a sous-entendu qu’être gentil est une faiblesse. Que de traiter quelqu’un de gentil est péjoratif.

Et si la gentillesse était une force ? Un art de vivre qui rend heureux ?

La gentillesse, comme le sourire, est innée en soi. Elle peut être un mot de consolation, une main tendue, une attention de l’autre, une écoute et pourquoi pas une politesse ? La gentillesse ne s’apprend pas, ne s’oblige pas. Elle est !

On peut très bien dire « non merci » avec un sourire. On peut très bien dire « je suis ravie de faire votre connaissance et repartir un large sourire sur les lèvres » et plus si affinités…

Être gentil c’est être authentique, c’est être soi et partager un même élan généreux. C’est un état d’esprit !

Samedi, donc, j’ai rencontré des Super mamans et mamies qui sans hésitation s’emparaient des « Gracieuse et Panache » pour Ambre, Léa, Lou, Charles de la part de mamie Francine qui a flashé également sur « Lettre à pépé Charles » pour quand il sera grand, Eden, Indiana, Coline, Alexandre et Athénaïs de la part de Mamie Do, Luka, Elena, Margaux, Manon aux yeux bleus, Victoire et Paul…

J’ai longtemps discuté avec Beryle qui est repartie avec « Voulez-vous danser ? ».

Un monsieur au prénom de Deret (je ne suis pas sûre de l’orthographe) qui ne savait pas parler le français est reparti avec une Gracieuse, en coup de coeur… pour apprendre m’a-t-il dit (difficilement) avec un accent prononcé…

Muriel, une Miraculée elle aussi, avons discuté à bâtons rompus un très long moment comme si nous nous connaissions depuis toujours, est repartie également avec « Voulez-vous danser ? ».

Et je garde toujours le meilleur pour la fin : ma rencontre avec Emma 4 ans et demi, d’une maturité incroyable. Elle a tout de suite commencé par lire la 4ème de couverture, comme une adulte, a feuilleté le livre et si son papa ne l’en avait pas empêchée, elle commençait tranquillement à lire « Gracieuse… « Un rosier pour maman ».

Une bien belle journée à la rencontre de la gentillesse, du sourire, de coups de cœur, laissant loin  derrière nous les deux années covid !

juillet 29, 2022 / ninannet

L’évasion par la lecture

Bonjour mes amies et amis, mes lectrices et lecteurs, petits et grands.

« La vie sans rêves est un long chemin sans lumière. La vie sans livres est une maison sans porte ni fenêtre,  d’où on ne peut s’évader ».

De quoi vais-je vous entretenir ? Ben de toujours du même sujet, mes livres !
Je ne vis que par et pour mes livres, non pas financièrement bien sûr et ce n’est pas le but !

Mais la littérature, celle que je lis et celle que j’écris, m’est vitalement nécessaire.
C’est comme l’air que je respire, c’est comme l’eau que je bois, c’est comme la lumière qui m’éblouit de jour comme de nuit. Ma plume, comme le sel et le poivre qui donnent du caractère à tout ce que j’avale,  donnent un sens à ma vie.

Alors oui, il m’est arrivé de m’éloigner un peu des miens, oui j’ai oublié un peu de vivre, de me divertir.  Quel long chemin parcouru depuis 2009, année où j’ai publié mon premier recueil. Douze livres ont suivi, beaucoup de titres sont épuisés après quelques rééditions. Le temps va trop vite ! J’écris, j’écris. Je publie, je publie. Puis le Covid est apparu ralentissant mes élans. À quoi bon écrire si je ne peux aller au-devant de mes lecteurs ? Puis tout doucement la vie reprend ses droits, me remettant sur mes rails, des rêves plein la tête et je cours, je cours après mes dédicaces, mes lectrices et lecteurs, les adultes puis à présent la jeunesse. Avec bonheur !

Le premier trimestre 2022 m’a fait rencontrer beaucoup de monde et là, la canicule calme un peu le jeu. Il fait trop chaud, mais je suis certaine que rien n’arrêtera les lecteurs. Ils seront toujours là au rendez-vous.

Mon prochain rendez-vous ? Demain, samedi 30 juillet de 9h à 18 h à l’Espace Culturel du Centre Leclerc de Cogolin. J’espère vous retrouver comme d’habitude, moi je n’ai pas changé, qu’il fasse chaud, qu’il vente, qu’il pleuve ou neige, je vous accueillerai toujours avec mon sourire et ma passion. Alors à demain. Et merci.

juillet 16, 2022 / ninannet

Retour sur la séance de dédicace à Montauroux.

Bonjour mes amies et amis, lectrices et lecteurs.

Un rapide retour sur ma journée dédicace hier à Montauroux. Visiblement les Varois sont partis en vacances ou en W.E. du 14 juillet. La canicule doit être aussi la coupable !

Nonobstant, ce ne sont pas ceux-là qui m’intéressent. Non, non, ce sont les personnes qui sont venues à ma rencontre, souriantes, ravies d’échanger, et ou, de faire ma connaissance.  On m’a appris à dire « merci » depuis toute petite et je n’ai pas perdu cette  habitude.

MERCI est un mot gratuit mais plein de chaleur et de beaux sentiments.

Alors MERCI à Monette qui a été séduite par mes 4 titres adultes et qui a attendu patiemment que je les lui dédicace.
MERCI à Roseline. Nous avons bavardé longuement. J’étais contente de rencontrer une belle personne qui pensait comme moi. Nous n’avons pas refait le monde mais presque. Elle n’a pas trouvé le livre qu’elle cherchait et est repartie avec « La Miraculée » et « À L’assaut du bonheur ».

MERCI à Ambre, Jienna, et à la mamie d’Hanaë, tous partis avec mes contes jeunesse.

Et surtout MERCI à Mamie Béa et à Papi, qui sont venus me voir, comme promis, avec Antoine et son frère. Ils sont repartis avec « Lettre à pépé Charles ».

MERCI pour les autres lecteurs dont je n’ai pas relevé le prénom…

MERCI à l’Espace Culturel du Leclerc de Montauroux qui me reçoit régulièrement. Les auteurs autoédités n’ont pas les moyens de faire de la publicité. Alors trouver ma table, avec cette nappe rouge et une belle affiche pour annoncer ma venue est un beau cadeau, doublé par l’accueil chaleureux d’Alexandra et de son équipe.
Voilà j’arrête là, j’ai essayé avec mes mots tout simples, en toute sincérité et avec la passion qui m’anime, de faire passer mes MERCIS.  

Bon samedi et dimanche. Pour moi, ce sera du repos.

Antoine, mon jeune lecteur fidèle
Ma jolie table à la nappe rouge.
juillet 14, 2022 / ninannet

Séance dédicace à Montauroux

« Car c’est par l’écriture toujours qu’on pénètre le mieux les gens. La parole éblouit et trompe, parce qu’elle est mimée par le visage, parce qu’on la voit sortir des lèvres et que les yeux séduisent. Mais les mots noirs sur le papier blanc, c’est l’âme toute nue. Guy de Maupassant.

Demain vendredi 15 juillet de 9h à 18h je viens à votre rencontre à l’Espace Culturel du Centre Leclerc de Montauroux. C’est là que mon aventure littéraire a débuté. Les Montaurousiens m’ont tout de suite ouvert leur cœur. Ma saga provençale « Lettre à pépé Charles » y est pour quelque chose. Aussi j’y reviens très souvent et je retrouve tous les enfants qui aiment me lire, toutes les mamies qui sont mes complices pour ce partage. Mes lectrices et lecteurs seront là demain, j’en suis sûre. J’aime aussi les touristes qui ne manqueront pas à l’appel de la littérature provençale dont ils sont très friands.

Un grand merci par avance et à demain.

juillet 11, 2022 / ninannet

Ne jamais désespérer de l’humain !

Bonjour mes amies et amis, mes lectrices et lecteurs,

Mon leitmotiv « ne jamais désespérer de l’humain » !

Dans toutes les situations, même les plus difficiles, il y a toujours du positif qui permet de surmonter le négatif. « Quèsaco » ? Vous vous posez cette question, j’en suis sûre !

Eh non,  je ne vous entretiendrai pas de la chaleur, toute la France la subit, ni du Covid qui surgit comme le diable de sa boite de farces et attrapes, ni de la variole du singe, ni du pouvoir d’achat, ni, ni, ni… Que nenni ! Laissons tout cela aux médias grassement payés !

Alors qu’est-ce ? Il s’agit de mon dimanche dans un petit village endormi sous un soleil écrasant. Dehors, pas âme qui vive. Pour trouver la Salle des Fêtes, nous avons fait quelques tours de manège. Le  premier salon littéraire à La Motte. J’ai écrit salon ??? Non ce ne fut pas, hélas, un salon mais une rencontre entre voisins. C’est l’impression que cela m’a donnée, à en juger par les quelques attroupements et embrassades.

Pour commencer, à partir de 15h30, découverte de la très belle Salle des Fêtes, climatisée. Madame Danielle Pugnale, l’organisatrice, nous a accueillis très gentiment. De grandes tables étaient mises à disposition des auteurs, ainsi que de l’eau fraiche à volonté.

À l’ouverture du salon vers 17h, Madame Le Maire est passée en coup de vent prendre en photo les auteurs, trois petits tours et puis s’en va !

À 18h, aucun visiteur n’est apparu et je me suis dit « il faut bien que cela arrive une fois, ce soir ce sera Fanny pour tous »… ET tous les auteurs le pensaient, au point que quelques uns ont remballé vite fait, bien fait et sont partis sans même un au-revoir à l’organisatrice qui en a été très affectée. Sincèrement j’ai eu de la peine pour elle.

Puis timidement, des Mottois et Mottoises sont arrivés. Et là, vraiment c’est la première fois que j’ai constaté une telle solidarité, une telle empathie. Ils ont fait le tour de la salle, discutant avec CHAQUE auteur(e) et pour finir ont acheté des livres à TOUTES ! À TOUS !

Me concernant, les Mamies ont été géniales, Mamie kitou a pris « Lettre à pépé Charles » pour Liam. Mamie Clown « Gracieuse et Panache à la fête… » pour Valentin et « Lettre à pépé Charles » pour elle ». Maman Nadia, en toute complicité avec sa fille Lisa, est repartie avec le recueil de nouvelles « Voulez-vous danser » ? Mon dernier exemplaire de « Gracieuse et Panache en vacances » est emporté par une mamie qui a acheté autant de  livres pour enfants qu’elle a pu trouver pour son petit-fils, 3 ans, qui déjà aime beaucoup les livres… Quelques autres « Lettre à pépé Charles » et « Gracieuse… » m’ont quittée pour mon plus grand bonheur.  Fanny, tu peux aller te rhabiller !

Un petit panier picnic nous a été offert, c’est le geste qui compte…

Moralité, ne jamais désespérer de l’humain !

Ce qui m’a le plus touchée c’est de voir que les Mottois et Mottoises, très gênés de voir le peu d’affluence, ont été d’une grande générosité mêlée de fierté semblant vouloir dire « nous ne sommes pas venus nombreux, mais nous allons compenser en vous écoutant un à un  et en emportant vos œuvres ». C’est certain que nous aurions aimé voir plus de monde, mais la qualité a prévalu sur la quantité. Respect et bel état d’esprit !

Cela mérite un grand coup de chapeau et toute ma gratitude.

Promis je reviendrai l’année prochaine en espérant que les conditions optimales seront réunies, ce qui n’a pas été le cas en cette première édition. Les aléas d’une époque trouble.

juillet 8, 2022 / ninannet

Salon du livre régional à La Motte

« Chaque lecture est un acte de résistance. Une lecture bien menée sauve de tout, y compris de soi-même. Daniel Pennac

Si Daniel Pennac le dit c’est que c’est vrai ! Vrai de vrai ! Et si c’est moi qui vous le dis ? Mieux je ne me contenterai pas de vous le dire mais je vous invite à venir à ma rencontre à la Nocturne Littéraire à La Motte, dans le Var. Ce salon est une première ! L’organisatrice s’est investie pour servir la littérature dans sa ville verdoyante, traversée par la rivière La Nartuby.

Voilà une belle excursion à faire dans la journée du dimanche 10 Juillet à partir de 17h jusqu’à 21h ! Merci de venir à la rencontre d’une vingtaine d’auteurs régionaux. Nos livres pour petits et grands espèrent vos coups de cœur. Nous serons au frais à la Salle des Fêtes Louis Fournaire et vous rencontrerons avec toute la passion qui nous anime.

« Celui qui est capable de ressentir la passion, c’est qu’il peut l’inspirer » Marcel Pagnol

juillet 6, 2022 / ninannet

Le mental !

Bonjour mes amies et amis, mes lectrices et lecteurs.

« Je crois qu’en fait un homme passe sa vie à guérir de son enfance » Jacques Brel

Voilà bientôt douze ans que je dédicace mes ouvrages, en librairies, salons et fêtes du livre. Aucune séance de dédicace ne ressemble à une autre. J’apprends de mes élans, de mes ressentis, de mon instinct.

À chaque fois, l’approche est différente pour ne pas dire complexe. Savoir à l’instinct à qui j’ai affaire ! Pas simple ! Nonobstant,  l’ivresse est toujours la même. Incontournable, bouleversante, enivrante, fatigante ! Une bonne fatigue qui s’oublie vite surtout quand le public est réceptif, que ma force de persuasion et ma passion partagée l’emportent. 

À chaque fois c’est une victoire en pointillés comme les petits cailloux du Petit Poucet.

Samedi dernier j’ai dédicacé à Cultura Puget. J’ai retrouvé avec bonheur mon Amie Amélie, qui m’a fait la faveur de me recevoir. Un inestimable cadeau.  J’ai eu l’impression de me retrouver plusieurs années en arrière, à mes premières dédicaces dans ce Cultura. Même emplacement, même table demi-lune, face à l’entrée… Et surtout beaucoup d’enfants s’arrêtaient devant mes contes « Gracieuse et Panache… » et n’acceptaient de repartir qu’avec un exemplaire dédicacé. « Gracieuse et Panache-Un rosier pour maman » a remporté la palme du meilleur score de dédicace. J’étais émue car ce conte, précisément, est une tranche de ma vie d’enfant déjà très précoce… Tous les enfants, je ne sais par quelle alchimie naïve ou miraculeuse, ressentaient et partageaient mon émotion. Merci à Paul, Chloé, Anna et Luna, Emy et Romy, Camélia, Romain, Camille, Mia, Elikya…

Pour les romans adultes, merci à Marilyne, Marianne, Frédérique, Mimi, Dominique et Gérald, Pamela…

Juste une petite anecdote : une dame s’approche de ma table et me demande le dernier Goncourt.  « C’est pour offrir à un monsieur pour son anniversaire ». Je la questionne, lui présente « Lettre à pépé Charles ». Je la sens hésitante pour finalement repartir avec le Goncourt qui était juste derrière moi. Un quart d’heure plus tard, elle l’avait reposé et voulait une dédicace de « Lettre à Pépé Charles ». « Vous m’avez convaincue, votre livre plaira davantage à mon ami ». Un petit moment magique.

Je ne crois pas qu’on puisse guérir de son enfance. C’est l’âge où l’on se forge son mental.

« Le bonheur est fait de tous petits riens, il ne faut jamais le perdre de vue ». AL.