Skip to content
avril 20, 2018 / ninannet

Fête du livre à Hyères

Je serai en dédicace les 21 et 22 avril de 10h à 18h au Forum du Casino à Hyères.

Vous y rencontrerez des auteurs venus d’un peu partout et des régionaux.

Merci de venir nombreux partager nos écrits.

 

Publicités
avril 16, 2018 / ninannet

Mon W.E. en dédicace

IMG_0437Photo : Rencontre fort sympathique avec un éditeur au salon de Monaco.

Comme d’habitude, et les bonnes habitudes il ne faut jamais les perdre, j’ai envie de partager avec vous, mes ami(e)s FB, mon week-end de dédicaces, surtout par gratitude pour tous les lecteurs, petits et grands, à qui j’ai promis une rétrospective.

Samedi à Cultura Mandelieu, pas de surprise. Toujours le même accueil souriant, une belle table face à l’entrée, j’étais dans mon élément.

Tout d’abord je voudrais remercier tous ces adolescents qui sur un coup de cœur ont choisi de lire la saga provençale « Gustave » et « Lettre à pépé Charles ». Lenny, Liam, Lidwine, Lilou. Je suis très admirative de la précocité de cette jeunesse. Tous savaient ce qu’ils voulaient lire.

Merci aux mamies qui m’ont fait dédicacer les 3 « Gracieuse et Panache » avec l’envie d’encourager leurs petits-enfants au concours de coloriage. Que d’amour ! Shaineze, Raphaël, Camille, Lorik, Dominique, Michaela, Hector. J’ai manqué de temps pour noter tous les prénoms. Je relevais ceux qui avaient une originalité ou qui étaient assez rares.

J’ai eu un échange très fort avec une dame, une directrice d’école qui m’a proposé d’intervenir dans ses classes. Au fur et à mesure que je lui présentais mes livres, elle semblait deviner ce qui se cachait dans mes écrits.

Merci infiniment à Margaret. Elle est comme moi née de l’autre côté de la Méditerranée, adore lire, est repartie avec « Un soir d’été en Sardaigne » et a insisté pour me donner son adresse mail pour que je l’avertisse de la parution du Tome 2. Comme j’étais un peu surprise, elle m’a dit « on est pareil toutes les deux et je sais que je vais adorer vos livres »… Je croise les doigts.

Dimanche, un salon du livre un peu fou, un peu VIP. Beaucoup de monde, beaucoup d’écoute qui se soldaient très souvent par des dédicaces.

Merci Alex. Il m’a écoutée avec un sourire un peu gêné, puis finalement m’a avoué qu’il lit très peu de livres en français. Il est reparti avec « Gustave ».

Je ne vais pas m’étendre davantage de peur de vous lasser. Vous l’avez compris, un beau week-end où dans l’ensemble tous mes titres ont trouvé des lecteurs. Un grand merci pour tous ces coups de cœur, pour toute cette dynamique littéraire, cette générosité.

Les gens ne lisent plus ? C’est faux. Et fort heureusement ! Car écrire c’est vital pour un auteur mais ensuite aller au-devant des lecteurs pour partager, se passionner, sourire et offrir du rêve, c’est la cerise sur le gâteau. Et je ne ferai jamais le régime de dédicace.

avril 8, 2018 / ninannet

Dédicace à Aubagne…

Couv_Miraculee_DB_PT

« Métier d’auteur, métier d’oseur » de Beaumarchais

 Samedi 7 avril, levée de bonne heure et de bonheur, hyper motivée et confiante, je me prépare à aller à Aubagne, à la rencontre… de qui, combien m’écouteront ? Interrogation gratuite, tu rendras ta copie vers 18h me susurre une voix venue de mon tréfonds. J’avale vite mon petit déjeuner, mon coffre chargé de tous mes trésors et oh hisse les voiles de mon char à neuf chevaux, équipé du meilleur GPS qui soit sauf quand très vite il perd le nord… Motif : des travaux. Ouille, ouille ! Il faut calmer mon chauffeur qui tempête. Je regarde très discrètement ma montre pour ne pas ajouter de l’huile sur le feu… L’heure tourne en même temps que nous refaisons plusieurs fois le tour des mêmes ronds-points. Superstitieuse, je me dis « c’est mal parti ma fille »… Ma fille (comme je m’appelle dans les durs moments) aime les belles surprises, les sourires échangés, les regards interrogateurs qui valent les plus beaux discours, alors elle espère, croise les doigts, y croit dur comme fer. On va y arriver et on y est arrivé grâce à un chef de chantier qui sourit devant nos moulinets et notre crise d’énervement effective, plante son crayon sur l’oreille, redresse son casque et nous dit « suivez Zacharie ». Nous avons suivi Zacharie (la direction) qui nous a menés droit direct à Aubagne. Fallait le savoir ! Ceci pour expliquer aux lecteurs qu’aller en dédicace c’est une mise en condition !

L’enseigne bleue de Cultura se voit de très loin. Ouf ! Mais qu’il est grand ce magasin ! Immense à me donner le tournis. On vient me chercher à l’accueil et me voici devant une minuscule table carrée (surmontée d’une belle affiche annonçant ma dédicace). Ma déconvenue se lit sur mon visage. Très vite et avec beaucoup de gentillesse, la minuscule table disparaît au profit d’une belle table rectangulaire. Parfait ! Je m’installe rapidement, et tout aussi rapidement je commence à dédicacer, une Miraculée, deux Miraculée, Trois Miraculée… Oh miracle ! Tant pis pour mes autres romans, celui-là me tient trop à cœur. Quelques livres jeunesse. L’ivresse ! Un coup d’œil à ma montre : 11H. À ce rythme je vais manquer de livres. J’avais pourtant prévu large… XXL ! S’en suit brutalement un calme plat. J’ai tout loisir de regarder ce qui se passe autour de moi et là je me rends à l’évidence, les lecteurs se précipitent sur le dernier livre « vu à la télé »… Les hôtesses courent dans tous les sens pour retrouver tel titre, tel autre… Ah ces diables de médias que tout le monde exècre mais qui influencent néanmoins le choix des lectures… Juste derrière moi, veillait une armée de livres de Monsieur Le Pen, au top 3 du classement des meilleures ventes de livres. Chut ne le répétez pas, il ne s’en est pas vendu un seul durant la journée… mes anges veillaient aussi ! Néanmoins la concurrence était rude… Que de livres, que d’auteurs, que d’encre, de papier, de mots, de titres ronflants, politiques, sciences, essais, les faiseurs de bonheur, les conseilleurs qui ne sont pas les (meilleurs) payeurs… et moi, l’illustre inconnue qui jusqu’à 15 heures s’est bien demandé ce qu’elle était venue faire dans cette galère. L’électrochoc est venu de Galwyn. Un adolescent qui m’observait de loin, qui se rapproche jetant un regard gourmand sur mes livres. Je l’interroge «  tu aimes lire » ? Me parvient un « j’adore » plein d’enthousiasme pour toute réponse. Deux yeux qui brillent. Moi qui continue « tu lis quoi » ? Réponse tout aussi brève « tout ». Nous avons bavardé avec bonheur jusqu’à l’arrivée de sa maman qui n’était pas du tout étonnée de nous voir en si bon accord. Un futur auteur, je n’en doute pas.

Et c’est reparti à double titre ! Galwyn reparti très heureux avec mon roman dédicacé et c’est reparti pour ma passion qu’un échange enthousiasmé avait régénéré. Inespéré !

Moralité, ne jamais se décourager. Même les galères provoquent de belles rencontres. Finalement il faut savoir capter un regard, interpréter un sourire, tenir tête à des réfractaires qui, in fine, étaient ravis de partager ma petite expérience, moi la petite auteure qu’on aurait pu titrer « l’inconnue d’Aubagne »… Maintenant je le suis un peu moins. Ma valise, toute guillerette par son poids allégé, peut en témoigner ! Nonobstant je reste humble. « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage »… 

Médias ou pas « métier d’auteur, métier d’oseur ». Il faut oser !

Un grand merci à l’équipe de Cultura d’Aubagne et à mon nouveau lectorat qui m’a fait confiance en emportant un bout de moi… Va-t-il m’aimer ? Ne bousculons pas l’ordre des choses. Persévérance et longueur de temps…

mars 20, 2018 / ninannet

Babillage en forêt du Bonheur…

« Faites simple, préférez le bonheur » de Olivier Lockert

Le Bonheur a toqué à ma porte durant la fin de semaine passée, ne m’a pas lâchée, balayant mes appréhensions, ou est-ce moi qui m’y suis cramponnée ? Quelle importance il était là et bien là. Mais encore ?

Il ne suffit pas d’écrire, de publier Mais encore faut-il avoir des lecteurs. Et des lecteurs il y en a. Les médias nous mentiraient en nous prédisant la mort du livre papier ?

Samedi au Cultura de Puget-sur-Argens, nous n’étions ni en période festive de Noël, ni en période de vacances scolaires, ni fête des mères, ni, ni ni… Et pourtant je n’ai jamais vu autant de monde, autant de personnes trainant avec bonheur le caddy bleu rempli de livres, s’arrêtant devant moi, écoutant avec empathie ma présentation et hop une dédicace accompagnée d’un grand sourire de Bonheur partagé. Que d’échanges, que de témoignages en rapport avec « la Miraculée », que d’enfants heureux de repartir avec « Gracieuse et Panache… ». Là aussi je voudrais, en toute modestie, rectifier l’adage selon lequel, seuls les enfants dont les parents lisent, aiment lire. Cela va dans les deux sens. Des parents encourageaient leurs jeunes enfants à choisir un livre et parfois l’enfant se braquait, boudait ; souvent les parents choisissaient un livre en disant « écoute, moi j’ai envie de le lire, on le lit ensemble, veux-tu » ou « tu vois moi j’aime lire, je vais en prendre un pour moi »… Il arrivait qu’une maman me dise en toute franchise, un peu confuse : « je ne lis pas, mais heureusement mes enfants dévorent les livres ». Le must, Papi-Mamie qui partent à Miami garder leur petit-fils Pierre et qui vont emporter (malgré déjà des valises bien lourdes) la trilogie « Gracieuse et Panache ».

Mon Bonheur est venu aussi de rencontres toutes simples guidées par le Hasard.  Mon cardiologue heureux de me voir là, en meilleure santé, et m’a embrassée en emportant mon livre dédicacé, et à la porte du magasin il me faisait encore un signe amical de la main. Touchée ! Félix (comme le chat m’a-t-il dit au moment de la dédicace) un nouveau lecteur très admiratif, nous avons bavardé un bon moment. Et enfin revoir une dame accompagnée de sa fille. Elles passent devant moi. J’étais sûre de les connaître et tel un flash je me suis rappelé exactement notre rencontre il y a quelques années dans ce même Cultura avec son autre fille. Elles m’ont dépassée mais sont revenues sur leurs pas. Seuls nos yeux se disaient bonjour, comment ça va ? Puis nous avons pris de « nos » nouvelles respectivement. La fille ainée Insaf m’avait écrit une très belle chronique sur mes deux premiers livres ; Insaf était partie pour de longues études et elle a réussi ! BRAVO. Un coucou d’amitié pure et simple à Fatiah une maman si douce et à ses deux filles Assia et Insaf.

Dimanche, la flamme de mon Bonheur était vacillante. Deux jours de suite c’est dur. Mais encore ! Ne pas bouder son Bonheur, dédicacer en salon du livre c’est différent. Revoir ses amis auteurs, les embrassades, les sourires… Ça requinque !

L’accueil au salon de Cuers, un sans faute. Gentillesse, respect des auteurs, générosité. Cuers est un petit village « Terre de vignes et d’oliviers ». Au repas du midi offert nous avons pu apprécier le rosé. Monsieur le Maire était là pour nous accueillir. J’ai revu mon « papi qui lit pour ses vieux », j’en avais parlé lors de mon premier salon à Cuers. Merci à Segondine qui a fait trois fois le tour du salon mais qui n’a pas pu résister à mes « Gracieuse et Panache… » Et pourtant Ma Gracieuse avait du mouron à se faire, la concurrence était rude… mais non, j’ai failli manquer de livres ! Merci à Nathalie, Monique, Isabelle, Léna… et j’en oublie, pardon. Il y avait beaucoup de monde, des envies de se faire plaisir et de faire plaisir, les ingrédients de première qualité pour la réussite d’un salon. Je termine là mon « babillage en forêt du Bonheur ».

 

mars 13, 2018 / ninannet

Au rythme du temps…

HARAS_DOUBLE_GRD

« Se réapproprier le temps c’est choisir notre rythme et le suivre. Le temps existe à travers nous » de Véronique Olmi

Ma dernière dédicace du 23 Décembre 2017 me paraît bien lointaine.

Bientôt trois mois SANS dédicace, car la Vie impose sa loi, ses impondérables, ses imprévus, ses désordres et ses tristesses… Les aléas de la Vie quoi !

J’ai laissé le temps faire son œuvre, donné du temps au temps, le temps que le soleil réapparaisse comme par magie et inonde la Vie de sa lumière. Puissante lumière qui remet de l’ordre dans « les pourquoi et les comment ».

La plus juste réponse aux questionnements est « S’accorder une pause temporelle pour comprendre » !

La plus tonitruante réponse est : « Ne renonce jamais car renoncer c’est mourir un peu »…

Alors est venu le temps, celui qui existe à travers nous et répare tout, de reprendre à mon rythme mes dédicaces :

  • Samedi 17 mars de 10h à 18h à Cultura Puget-sur-Argens
  • Dimanche 18 mars de 10h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h00 au Printemps du livre à Cuers (Salle de l’Oustaou per tutti).

Un livre, c’est s’accorder du temps pour la réflexion, le plaisir, les rêveries, les révélations, les frissons… Un livre pour marquer le temps !

février 25, 2018 / ninannet

Vite un Livre !

« Quand je pense à tous les livres qu’il me reste à lire, j’ai la certitude d’être encore heureux » de Jules Renard.

Par ce temps froid et humide, dans cette grisaille qui perdure, vite ouvrir un « bouquin » pour se faire plaisir, rêver et voir la vie autrement… Autrement belle… Voir se profiler la lumière à travers les mots… Et pour nos petits lecteurs leur faire apprécier la nature, l’amitié, le rire, leur faire découvrir le suspense en trois volets… les dessins et le coloriage…

Chez vous en 48h en port offert, http://a5editions.frbio pub_FEV_2018_JPG

février 22, 2018 / ninannet

Le temps court, court…

Oh ! Toi le temps qui m’échappe

Tu cours, tu cours et je te suis, moi !

Je sursaute quand à ma porte tu frappes

Pour me rappeler, « ton Petit ! Souviens-toi »

 

Un rapide coup d’œil sur l’éphéméride,

Dans mon miroir pour compter mes rides,

Dans mon cœur pour revivre ce soleil

En ce jour de ta naissance. Oh merveille !

 

Le temps court, court.

Déjà vingt-cinq ans !

 

De tes premiers sourires

Je garde de tendres souvenirs.

De tes premiers pleurs

Je revis mes premières peurs.

 

Dis, te souviens-tu lorsque dans mes bras

Tu venais te blottir, trottinant à  petits pas ?

Dis, te souviens-tu de nos belles escapades

Je te chantais, des gens heureux, la ballade ?

 

Qu’il est loin ce temps de tes premiers « mamie »

Entre nous, seule notre complicité existait.

Tu me disais « je veux toi » et je fondais

Qu’il était merveilleux ce temps, mon Petit.

 

Tu fus mes premiers émois de jeune mamie

Mes Bonheurs, ma tendresse infinie.

Aujourd’hui pas de place à la nostalgie,

Longue vie et félicité à toi, mon Petit.