Aller au contenu principal
avril 8, 2021 / ninannet

Adieu l’Ami.

Ce matin, me promenant dans plusieurs groupes, je me suis fait le constat suivant :

« Quelle drôle d’époque tout de même » !

Certes je n’ai pas inventé la poudre à éternuer.

Certes depuis longtemps l’ai-je constaté !

Certes je ne manque jamais d’être agréablement surprise de retrouver des « Amis » publiant une photo, une citation, un avis sur tel ou tel événement. Je les avais perdus de vue. Pourquoi ? Comment ? Le jeu des chaises musicales orchestré par les réseaux ? Les algorithmes qui choisissent pour nous nos relations ?  Une mine d’or tout de même que ces réseaux qui nous font fantasmer. Chacun se lâche, se raconte, s’extériorise… On se dit l’ami de quelqu’un qu’on ne connaît qu’à travers des mots, des ressentis. Au plus profond de notre âme avec pour seul reflet parfois un visage ou un symbole. Voilà une dizaine d’années que je flâne sur les réseaux, que j’ai accepté des centaines d’Amis. Mais en réalité, au plus profond de soi il n’en reste qu’une poignée, qu’on garde au chaud dans le creux de nos mains. Ceux qu’on aime pardessus tout ! Les autres s’en viennent et s’en iront. D’autres les remplaceront. Qui perd gagne ? Je ne sais pas. Pas vraiment.

Et puis la plume prend le dessus et trace ces quelques vers qui peuvent correspondre à tout un chacun. La ballade de « L’homme qui murmurait à l’oreille » en partage :

Vous êtes passé un soir par hasard

Avez lâché quelques mots sans fard

Puis la conversation à bâtons rompus

S’est engagée sur nos sentiers battus.

Vous étiez drôle,  amical, chevaleresque

De confidence en confidence, sans préjugé

Avions bâti de nos vies une jolie fresque

Mais les fondations n’étaient pas ancrées.

N’ayant pris garde à votre « je disparaitrai »

Je pensais à une galéjade pour me faire réagir

Notre amitié éphémère s’est effacée d’un trait

Il n’en restera qu’un très doux souvenir.

Adieu l’Homme qui murmurait à l’oreille

Tous nos mots sont jetés dans la corbeille

Au milieu du gué, vous avez changé de cheval

Vous avez éteint la musique, quitté le bal.

Adieu l’ami de quelques moments d’euphorie

Nos échanges ont eu la grâce de nos charivaris

Nos attentes n’ont pas été à la hauteur à priori

De nos lâcher-prise sur la coulée de nos vies.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :