Aller au contenu principal
septembre 9, 2018 / ninannet

Dédicace à Mazargues

20180908_115739

« Ne vous découragez pas, c’est souvent la dernière clé du trousseau qui ouvre la porte » de Paulo Coelho

Et la dernière clé était celle d’Érika qui m’a ouvert la porte d’une belle journée de dédicace à Marseille Mazargue. Rien qu’à son sourire on reconnaît une belle personne.

Ce simulacre de salon était voué dés le départ à l’échec. Des auteurs entassés dans une petite salle, des sardines dans leur boite sont plus chouchoutées. Bref vous l’avez compris plus d’auteurs que ne pouvait contenir cette salle. Peuchère !

Je ne vous dirai pas quels arguments j’ai utilisées avec l’organisatrice qui avait déjà placé par obligation, quelques auteurs à l’extérieur, au milieu d’artisans et de quelques peintres. Elle ne voulait rien savoir, c’est elle qui organise ! Et moi je n’avais pas fait deux heures de route pour faire de la figuration. De toute façon elle n’avait plus de table et c’est comme ça, a-t-elle rétorqué ! Cette discussion ardue se passait autour du café d’accueil. Ma petite fée Érika qui avait assisté aux débats m’a murmuré qu’elle avait une table à me prêter. Et là je n’en ai plus démordu, dehors ou rien. À la fin l’organisatrice m’a dit « faites ce que vous voulez ». Mon mari était déjà allé chercher la table, deux artisans m’ont fait une petite place et Hop j’ai installé mes livres. J’ai passé ma journée entre un producteur de truffes et une vendeuse de croquants sucrés et salés, des effluves d’odeur à vous chatouiller les narines et à vous creuser l’estomac. En face il y avait le stand d’Érika qui me souriait de temps en temps. Ses pots aux truffes faisaient envie, je ne pouvais pas faire moins que de lui acheter un pot de chaque parfum pour la remercier. Mais elle a tenu à son tour à me prendre « Un soir d’été en Sardaigne » pour sa maman. C’était l’avant dernier, le dernier est parti chez une autre exposante, une mamie adorable qui coud et brode de jolies petites robes de poupées… Une ambiance saine et amicale. Ceci dit l’organisation faisait de son mieux, café à l’arrivée, petit apéritif à midi. Inutile de préciser que les auteurs étaient ravis de sortir de leur trou pour boire un coup. Ils n’avaient vu personne ou presque personne de la matinée.

Nous à l’extérieur, étions au frais sous les platanes, dans une ambiance de marché provençal qui me rappelait ma jeunesse, aux Puces de Montreuil, bien loin de mon statut d’auteure (en toute humilité). Mais qu’importe puisque les visiteurs étaient ravis de faire la connaissance des quelques auteurs présents et repartaient avec d’une main des gâteaux, des truffes ou du miel et de l’autre nos livres, les papilles et les yeux gourmands de plaisir.

Et pour couronner le tout nous avions des invités de marque « des tigres du platane » venus paraît-il d’Amérique. Ils n’ont de dangereux que leur nom, c’est juste de toutes petites bestioles qui se posaient allègrement sur nos bras, dans nos cheveux et bien sûr sur les habits. Une invasion !

Un grand merci aux Marseillais qui ont fait honneur à mes livres, m’ont fait confiance sans même me connaître.

Journée fatigante car elle a commencé par des énervements, deux fois deux heures de route, mais prégnante d’amitié et de bonté. Le mot partage, si galvaudé de nos jours, prenait, là, tout son sens.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :