Aller au contenu principal
février 22, 2018 / ninannet

Le temps court, court…

Oh ! Toi le temps qui m’échappe

Tu cours, tu cours et je te suis, moi !

Je sursaute quand à ma porte tu frappes

Pour me rappeler, « ton Petit ! Souviens-toi »

 

Un rapide coup d’œil sur l’éphéméride,

Dans mon miroir pour compter mes rides,

Dans mon cœur pour revivre ce soleil

En ce jour de ta naissance. Oh merveille !

 

Le temps court, court.

Déjà vingt-cinq ans !

 

De tes premiers sourires

Je garde de tendres souvenirs.

De tes premiers pleurs

Je revis mes premières peurs.

 

Dis, te souviens-tu lorsque dans mes bras

Tu venais te blottir, trottinant à  petits pas ?

Dis, te souviens-tu de nos belles escapades

Je te chantais, des gens heureux, la ballade ?

 

Qu’il est loin ce temps de tes premiers « mamie »

Entre nous, seule notre complicité existait.

Tu me disais « je veux toi » et je fondais

Qu’il était merveilleux ce temps, mon Petit.

 

Tu fus mes premiers émois de jeune mamie

Mes Bonheurs, ma tendresse infinie.

Aujourd’hui pas de place à la nostalgie,

Longue vie et félicité à toi, mon Petit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :