Skip to content
mars 7, 2016 / ninannet

« ELLE » au galop…

Gélinotte

Cette semaine je parcours mon « ELLE » au galop comme ma Gélinotte libre, crinière au vent, ivre de soleil et non soumise au diktat de la mode.

Parce que oui pour le coup, cette semaine, la mode, encore la mode et toujours la mode. Mais pour qui est cette mode où les mannequins, dans des poses équivoques souvent érotiques, nous cachent l’essentiel des vêtements ? Heureusement il y a les textes qui nous les décrivent… Les vêtements et le mode de vie des mannequins… Ce qu’elles font de leurs journées, où elles habitent… Bizarrement à N.Y. Forcément la démesure c’est pour là-bas !

Ni au diktat de l’horoscope car cette semaine c’est du délire, « Cette semaine, une pléiade d’étoiles brille au firmament de votre ambition professionnelle… booste votre carrière publique… » C’est bon, je suis programmée pour le Goncourt, à les en croire… Et il n’y a pas eu d’armistice programmé la semaine dernière. Quel dommage ! C’était juste pour en rire !

Eh bien je préfère lire l’article réservé à l’Homme du pays. Sur la couverture apparait en exclusif « Les femmes et moi » François Hollande se confie. Diantre est-ce racoleur ou prometteur ?… Il nous assène en préambule « Il n’y a de bonheur que dans l’égalité ». Bla bla bla… Rien de neuf à l’horizon. Ça sent le roussi… et l’ennui !

Un cri aigu de mon portable me fait lever la tête de mon « ELLE ». Il m’envoie un SMS d’une amie « la deuxième fille est rentrée chez elle ».  Et là oui je saute de joie. Les deux gamines au destin bien compromis sont rentrées chez elle. L’une aurait répondu au cri d’amour de sa maman et l’autre pourtant bien radicalisée, pour une raison qu’on ignore encore, a rebroussé chemin, ce chemin qui ne mène hélas à rien de bon. Je ne me fais pas d’illusions, on va nous expliquer, décortiquer, raconter, épingler, coudre de fil blanc … sous toutes les coutures (oui je suis fille de couturière), le pourquoi, le comment, les raisonnements fous ou immatures qui les ont poussées à cette fugue. Pas grave, l’essentiel est que tout a été très vite, que les parents, amis, télévisions se sont mobilisés pour contrecarrer ce destin malheureux qui attendaient ces deux toutes jeunes-filles.

Car qui dit fuguer, dit désespoir et qui désespoir dit chute vertigineuse d’où on ne ressort qu’en mille morceaux.

Bravo les filles, vous avez été courageuses !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :