Skip to content
octobre 18, 2015 / ninannet

Le défi…

FullSizeRender[1]

« Il y a toujours dans le bonheur, même des meilleures gens, un peu d’insolence aimable qui défie les autres d’en faire autant » de Victor Hugo

Hier en arrivant sur mon lieu de dédicace, j’ai tout de suite compris que ma journée sera exceptionnelle ou nulle et non avenue. C’est déjà bien d’être là, me réconfortais-je ! D’un regard circulaire, j’ai évalué la difficulté de la partition à jouer. Ma table était dissimulée par un « gigantesque » box, vu ma petite taille il n’était pas question de m’asseoir, presque à la sortie du magasin, loin des livres, face aux caisses.

C’est normal. Noël approche et l’espace libre se rétrécit.

Banco ! Cela dépendra de moi et rien que de moi… Et j’allais le prouver, tout du moins relever le défi.

Donc je serai, soit invisible, soit importune car les visiteurs auront déjà fait le tour du magasin, auront déjà fait leur choix, auront déjà en tête de passer à autre chose en quittant le magasin au plus vite, d’autres courses à faire et n’auront plus le temps de m’accorder leur attention. Circulez il n’y a rien à voir.

Mais si ! Il y a à voir parce que d’une part j’ai toujours mon étoile au-dessus de ma tête qui veille au grain et d’autre part j’ai mes écrits à défendre. Bec et ongles !

De 9h à 11h le calme plat. Un peu de monde pourtant, mais aucun élément déclencheur, aucune accroche. « Rien ne sert de courir, il faut partir à point » c’est mon leitmotiv.

Quelques minutes plus tard, une jeune femme, Hélène, s’est approchée. Souriante, un regard lumineux, à l’écoute. Nous étions en fusion. Chaque livre présenté n’était pas reposé sur la table mais lové dans ses bras. Au cinquième livre, elle m’a remerciée pour le bonheur qu’elle allait vivre en me lisant. Je lui ai alors demandé lequel de mes livres, aujourd’hui, prendrait-elle ? Hélène m’a regardée, étonnée, mais tous ! Tous ai-je répondu ? « Oui tous ! J’aurais vraiment du mal à choisir. Surtout ne vous croyez pas obligée de tous les dédicacer ». Et là plus de doute possible, Hélène était ma bonne étoile, mon moteur. Je savais que ma journée allait être vibrante, étonnante et elle le fut.

Car où que l’on soit et quoiqu’il en soit, il faut croire en son étoile !

La meilleure preuve est venue un peu plus tard. Je dédicaçais tranquillement un par-ci, deux par-là par exemple pour l’anniversaire du petit copain de Franck et son adorable papa lui a également offert un livre pour que les deux enfants se les échangent.

Arrive ensuite Yvonne-Marie. Un deuxième signe du destin. Yvonne-Marie a acheté « La clé de l’embrouille » en me découvrant sur FB et apprenant toujours par FB que je venais dédicacer dans sa région, est venue à ma rencontre. D’abord pour la dédicace car elle avait aimé mon livre, ensuite pour passer du virtuel au réel. Et ça j’adore !

Après l’écriture, dédicacer un livre est la première étape mais lorsque la deuxième étape se met en scène, que le lecteur vient en parler, alors… le rêve pèse de toute sa réalité !

En faisant connaissance, nous découvrons qu’elle a habité le Val d’Oise comme moi dans mon autre vie. Un monsieur passant par là, s’est arrêté pour prendre part à la conversation. Lui-même avait habité le Val d’Oise. Nous conversions à trois comme si nous nous connaissions depuis toujours. Yvonne-Marie se mit à lui raconter sa démarche de venir me rencontrer, puis à lui vanter mon roman, elle l’assurait qu’il y prendrait plaisir. Elle insistait devant son air dubitatif. « Je n’ai rien à gagner insistait-elle, elle-même ne lisait que des essais de plus de 500 pages mais que « La clé de l’embrouille », elle l’avait lu d’une traite ne pouvant le refermer avant de l’avoir terminé ».

Yvonne-Marie a comme Hélène eu le coup de foudre pour deux autres de mes romans. Après la prise de la photo pour sceller notre rencontre amicale, Yvonne-Marie est repartie tout sourire, me disant « je vais encore me coucher tard ce soir pour te lire ». Le tutoiement est venu tout naturellement.

Mes deux fées, ainsi que toutes les personnes qui m’ont fait confiance et que je remercie de tout cœur, m’ont vraiment porté bonheur. Mais n’y avait-il pas aussi mon envie toujours plus aiguisée de refuser le découragement et de m’en sortir quoi qu’il en soit.

Et pour finir, je commençai à ranger mes affaires, lorsqu’une femme s’est approchée de moi, m’a dit « vous partez » ? J’ai tout de suite répondu avec aplomb mais en souriant « j’ai encore un livre à dédicacer pour faire un compte rond et ce sera avec vous ». Et ce fut avec elle !

Merci à Alexandra et à son équipe toujours au top. RDV au 17/12 pour présenter mon petit conte, illustré par mes soins, pour enfants « premières lectures », dédié à Anaïs.

Yvonne-Marie a comme Hélène eu le coup de foudre pour deux autres de mes romans. Après la prise de la photo pour sceller notre rencontre amicale, Yvonne-Marie est repartie tout sourire, me disant « je vais encore me coucher tard ce soir pour te lire ». Le tutoiement est venu tout naturellement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :