Skip to content
septembre 21, 2015 / ninannet

Marguerite

« Le vrai bonheur coûte peu, s’il est cher, il n’est pas de bonne espèce » de Chateaubriand

Elle est belle, elle est riche, elle est amoureuse, elle est passionnée et voudrait vivre de sa passion, à tout prix. Mais voilà, cela ne suffit pas : elle chante faux et pour une soprano c’est forcément incompatible. Elle ne s’en rend pas compte et personne n’ose le lui dire. Vous avez deviné, il s’agit de « Marguerite » qui a existé et que Catherine Frot fait revivre avec maestria. L’actrice s’est fondue dans son personnage. C’est une soprano, mais cela peut également concerner une actrice de cinéma ou de théâtre, une auteur, une peintre, une artiste quoi ! On veut tellement y croire, on veut tellement réussir, on veut tellement tout donner qu’on occulte parfois la réalité. La cruelle vérité !

Mais Marguerite a un deuxième défaut, son argent.

Ah l’argent ! Il attire les mouches autour du pot de miel. Qui oserait dire à Marguerite, généreuse donatrice, qu’elle chante comme une casserole, au risque de perdre la cagnotte pour les orphelins ? Quel journaliste en mal d’existence, profitant des prodigalités de Marguerite, quelle jeune chanteuse à la voix si pure, recevant dix fois le montant de son cachet, auraient l’outrecuidance de dénigrer la poule aux œufs d’or ? Quel anarchiste ne profiterait de cette aubaine de ridiculiser la belle Marguerite, une riche aristocrate (par alliance, son mari avait le titre, elle les fonds…)?

Ainsi gravite autour de Marguerite une foule de profiteurs, de hâbleurs, de méchants, à l’exception de son majordome qui va tout faire pour la protéger et l’aider à vivre son rêve. Et son mari aussi s’attachera finalement à sa femme « possédée » par le chant. Je chante pour toi lui disait-elle, pour que tu sois fier de moi… Et lui voudrait tellement qu’elle arrête !

C’est risible pour la foule qui se presse, c’est triste et surtout poignant de lire dans les yeux de Marguerite sa solitude. Elle dira au journaliste qui lui aussi s’attachera à Marguerite, l’appât du gain restera malgré tout le plus fort, « Oh l’argent ce n’est pas le plus important, l’important c’est de pas en manquer ». Cela résume sa mégalomanie qu’elle paiera au prix le plus fort, le tout baigné dans des airs d’opéra enchanteurs.

Si on aime l’opéra, les beaux costumes, le Paris des années 20, des années folles, les jeux d’acteurs fabuleux, du rôle principal aux rôles secondaires, alors oui il faut aller voir Marguerite.

Il y a une morale tout de même dans cette histoire époustouflante : il ne suffit pas de travailler, d’être riche, d’être passionnée, il faut « le petit don », le « petit plus » et surtout garder sa lucidité en toute circonstance.

Voilà, c’est tout !

Publicités
  1. A reblogué ceci sur jean-louis.riguet-librebonimenteuret a ajouté:
    Un succès fou pour une cantatrice qui chante faux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :