Skip to content
juillet 31, 2015 / ninannet

Klimt-Adele-Bloch-Bauer-I-1907.-©Neue-Galerie-New-York-e1428327677437

« Un des plus grands bonheurs de ce monde, c’est l’amitié. Un des bonheurs de l’amitié, c’est d’avoir une personne à qui confier ses secrets ». (Les plus beaux proverbes).

Avec mon amie Claire, nous avons pris pour habitude de programmer un après-midi par semaine pour pouvoir « nous » raconter. Autour d’un café nous refaisons le monde. Ces temps-ci nos tracas s’accumulent. Pour ma part, mes livres, mes séances de dédicaces ne suffisent plus à me sortir de ma torpeur.

Aujourd’hui Claire a décidé d’un changement de programme. Nous irons au cinéma. Excellente idée lui ai-je répondu. Et nous voilà toutes les deux, après une bonne heure de bavardage dans le coin café du cinéma, bien calées dans nos fauteuils, au frais et attendant avec impatience de voir « La femme au tableau ».

« Une septuagénaire américaine d’origine autrichienne mène un combat incroyable pour récupérer les tableaux de sa famille, volés par les nazis.

Elle engage un jeune avocat, fils d’amis de la famille. Tout d’abord il ne pense qu’à l’appât du gain. Récupérer le plus beau tableau de Gustave Klimt lui rapporterait gros. Puis lors d’un voyage à Vienne, il se sent Autrichien, pense à ses grands-parents déportés en pleine nuit. Il se prend au jeu du pot de terre contre le pot de fer. Il veut rendre à cette femme ce qui lui appartient de droit : le portrait « Adèle » de Gustave Klimt est celui de sa tante Adèle. Pour cette femme c’est une histoire de famille, pour les Autrichiens, ce tableau est un patrimoine d’une extrême importance. Ils refuseront toute transaction avec l’héritière pour rendre le tableau.

C’est une histoire vraie et nous adorons les histoires vraies. Le peintre est Gustave Klimt et j’adore Gustave Klimt. J’ose avouer qu’avant d’être allée à Vienne, il y a quelques années de ça, et d’avoir admiré une exposition qui lui était entièrement dédiée, je n’étais pas spécialement attirée par la peinture. J’ai été subjuguée par ses tableaux et je crois lui devoir ma forte attirance pour la peinture.

Mais au-delà des critiques qui ne sont pas très élogieuses, au-delà du jeu des acteurs que nous avons trouvé magnifiques, parce que beaux, parce que touchants, parce que troublants dans leur détermination, au-delà de l’histoire où la justice passera, c’est le partage que nous en avons fait avec mon amie Claire. Nous étions émues, écrasant nos larmes discrètement, applaudissant presque lorsqu’une réplique faisait mouche, riant quand le méchant s’est laissé battre grâce à la complicité d’une femme d’un certain âge et de son jeune avocat.

Amitié… Amitié… Un après-midi sous le charme de l’Amitié.

Publicités
  1. jeanlouisriguet-librebonimenteur / Août 1 2015 9:16

    A reblogué ceci sur jean-louis.riguet-librebonimenteuret a ajouté:
    Un film pour renforcer l’amitié ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :