Skip to content
septembre 14, 2014 / ninannet

« La clé de l’embrouille » Suspense

« La bonne musique ne se trompe pas, et va droit au fond de l’âme chercher le chagrin qui nous dévore » de Stendhal

Pour toutes celles et ceux qui suivent ma vie d’auteure,

Pour toutes celles et ceux qui me croyaient partie ailleurs

Ailleurs je « l’été » dans mon livre du soir au matin

Du soir au matin, à gratter, corriger, peaufiner enfin !

Ce matin, enfin libérée du joug de l’écriture, je vous livre la quatrième de couverture de mon septième roman « La clé de l’embrouille »

Demain, je vous présenterai la couverture complète.

Demain, Dolorès, Madame, Alain, mes personnages qui m’ont privée d’un bel été « parce qu’ils le valent bien », iront se faire toiletter, massicoter, pelliculés chez l’imprimeur pour vous séduire..

Libérée ? Stressée ? Heureuse ? Tout cela à la fois.

Quatrième de couverture :

Quand le passé se conjugue au présent défaillant, que le futur est désespérément bouché, que l’impératif se fait obsédant, alors « la clé de l’embrouille » prend le contrepied des attentes de Dolorès, Madame et Alain.

Dolorès est employée de maison chez Madame. À première vue tout les oppose : la course aux heures de ménage de l’une et la situation confortable de l’autre ; le caractère timoré de Dolorès et celui excessif de Madame.

Elles vont s’apprivoiser et de leurs différences naitra leur détermination de ne plus accepter leur souffrance comme une fatalité.

Dolorès refuse de payer l’addition pour un raté de la médecine qui l’handicape.

Madame veut réparer une erreur de jeunesse qui la brise.

Quand le hasard met Alain, un jeune homme en quête d’identité sur leur chemin, alors vérités et mensonges se confondent. Qui est qui, et pourquoi ?

Vont graviter autour de ces trois personnages pris dans la tourmente, des acteurs secondaires dont le rôle est principal. C’est la clé de l’embrouille.

Dolorès atteindra-t-elle son but, Madame comblera-t-elle son manque et Alain  retrouvera-t-il son identité ?

Annette Lellouche, forte du succès de ses romans qui allient suspense et humour, a voulu pour son septième opus, s’essayer au genre policier. Puisant son inspiration dans des histoires de famille et des faits divers, son imagination fera le reste pour vous entrainer dans ce suspense psychologique. Suivez-la pour une lecture drôle, humaine et haletante jusqu’au dénouement.

Publicités
  1. A reblogué ceci sur jean-louis.riguet-librebonimenteuret a ajouté:
    Un nouveau genre pour Annette !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :