Skip to content
mars 16, 2014 / ninannet

Dédicaces à Cultura dePuget -sur-Argens

En faisant l’acteur, on devient une espèce d’animal intuitif » de Mathieu Almairic

On peut transposer cette citation pour tous les artistes en général et pour les auteurs en particulier.

Hier journée dédicaces au Cultura de Puget-sur-Argens. Accueil chaleureux comme à l’accoutumée. Bien évidemment je m’y sens tout de suite bien car c’est mon fief. Malgré quelques difficultés d’installation, nous étions quatre auteurs, très vite l’ambiance dynamique l’a emporté.

Dans l’équipe de Cultura, du Directeur du magasin, à la responsable des livres, aux hôtesses et caissières, franchement le sourire et le professionnalisme sont de mise. Je ne fais pas dans « le cirage de pompes ». C’est VRAI ! C’est l’impression que j’avais eue à ma première dédicace ici, des papillons qui virevoltent. J’adore ! Juste une petite faiblesse supplémentaire pour Amélie que vous apercevez sur la photo. Elle est géniale ! Quand les personnes font bien leur travail il faut le souligner haut et fort. J’en profite pour ouvrir une petite parenthèse, merci aux facteurs sans qui nous ne serions rien nous les auteurs. Je m’explique : Dédicacer c’est une chose mais après quand un lecteur a été séduit par un titre et qu’il achète les autres livres par correspondance, il faut les lui expédier. Mercredi dernier une blogueuse m’a envoyé une commande pour la trilogie. Après l’avoir appréciée, elle l’offrait à une amie. J’ai reçu la commande jeudi, j’ai posté les livres jeudi et vendredi l’amie destinataire était heureuse et touchée de son cadeau d’anniversaire. Qui osera dire que la poste fonctionne mal ? 48 h à peine sont passées entre le donneur d’ordre et le bénéficiaire. Et j’aimerais ajouter que cette blogueuse est maman d’un facteur et qu’elle en est très fière ! Merci Facteurs. Je ferme la parenthèse.

Hier dans ce temple de la culture qu’est Cultura, que nous étions loin des rumeurs et de la violence des propos échangés par les médias, les trahisons, les écoutes, les femmes voilées ou violées (au fond même désastre), les Ukrainiens, le boeing  disparu ! Rien de tout ça.

Rien que de l’émotion partagée au fil des échanges, que des regards d’amour, que du soleil dans un ciel des plus sereins. La France que j’aime !

Hier j’ai donc rencontré des enfants merveilleux mais pas que… les mamans et oui les papas aussi les encadraient avec amour et joie de vivre. L’achat des livres se faisaient en toute complicité, un pour maman, un pour l’enfant.

Yanna, comme Téo, jeune adolescente est partie avec « retourne de là où tu viens » et en rentrant hier soir je lisais déjà son mail de sympathie. Ma fatigue s’est estompée d’un seul coup. Yanna je t’embrasse.

Émilie m’a embrassée en repartant. Une petite fille adorable, des yeux bleu agate, un brin espiègle, curieuse et admirative de mes peintures, intelligente, souriante, étonnante !  Sa maman est à l’écoute, elle a même pris un livre qu’Émilie voulait impérativement offrir à Papi Sylvain. Heureux papi.

Héloïse avec qui j’ai beaucoup échangé. Sa maman lui a conseillé de faire le tour pour être bien sûre de choisir le bon livre. Elle est revenue. Je n’ai même pas eu à lui demander son prénom, je l’avais mémorisé tellement cette petite m’avait touchée.

Antoine n’a rien voulu savoir. Il n’a pas lu les premiers épisodes de la trilogie et est reparti avec le troisième volet… pour les peintures… Très beau regard intelligent.

Anna, dont la grand mère s’appelle Annette, va lire « retourne de là où tu viens », (je suis toujours heureuse quand un(e) adolescent(e) lit mon récit témoignage) et sa maman ma belle histoire d’amour  « Un soir d’été en Sardaigne ».

Christine est allée chercher son mari dans les rayons pour lui parler de « Gustave ». Ils habitent à Tourrettes. Il était content du livre et je les apercevais au loin, en train déjà de le feuilleter.

Josyane est repartie avec « Gustave ». Je sais qu’après je lirai les autres m’a-t-elle dit en souriant.

Fanny ne pouvait partir qu’avec « Gustave »…

Et j’ai terminé tard avec Nadège et sa fille Sarah. Très bel échange émouvant. Elles ne lisent pas beaucoup. Sarah lit surtout les livres demandés par sa maîtresse et Nadège n’arrive pas à s’accrocher à un livre. J’espère que « Gustave » et « Un soir d’été en Sardaigne » nous feront nous revoir très bientôt. De plus Sarah voudrait que je vienne dans son école pour présenter mes livres.

Pardon à tous ceux que je ne cite pas, la liste serait trop longue, mais qui m’ont fait l’honneur de m’écouter, de m’encourager ou qui après m’avoir écoutée, ont planté leur regard dans le mien semblant dire « on va te lire mais en cas de déception, on te le fera savoir ». Chaque critique me fera avancer !

Image

L’espace d’une journée j’ai été un animal instinctif pour conseiller et guider sur le choix des lectures. J’ai laissé parler ma passion, j’ai partagé mes rêves et parfois mes redoutables doutes. En toute humilité et avec une joie infinie, je vous remercie toutes et tous qui me faites exister.

Publicités
  1. A reblogué ceci sur jean-louis.riguet-librebonimenteuret a ajouté:
    Encore une dédicace pour Annette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :