Skip to content
juillet 29, 2013 / ninannet

Le silence

Certains silences sont plus agressifs

 

Qu’une salve de mots explosifs.

 

Comment ne pas en souffrir 

 

Il faut juste s’en prémunir.

 

 

 

Se préparer à l’absence, à l’oubli, à l’indifférence

 

Ou tout simplement au temps qui passe en silence

 

Juste se dire « pas grave » demain peut-être

 

Chasser l’orage en ouvrant grand la fenêtre.

 

 

 

Juste garder son optimisme, son assurance

 

Juste garder sa certitude, sa vaillance

 

Et si le silence soudain se tait

 

Et que le bruit en vacarme renait

 

 

 

Alors s’installera un bonheur nouveau

 

Avec le tumulte follement heureux des mots

 

Le silence comme la parole

 

Fait danser la farandole

 

Publicités
  1. Claire / Juil 30 2013 2:48

    Très beau poème. Effectivement, il y a des silences plus agressifs que des paroles dites. Mais est-ce vraiment comparable ? Les deux sont fait avec violence, pour faire ou pas réagir l’autre. Il y a des silences pour amener la parole, pour amener la communication, mais celui à qui l’on destine ce silence n’en est pas toujours conscient.
    En tout cas j’aime beaucoup ce poème qui fait réfléchir. Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :