Skip to content
mai 14, 2013 / ninannet

« Retourne de là où tu viens »

ImageCe matin, en ouvrant ma boite mail, j’ai reçu une chronique d’un lecteur Fabien – auteur romans fantastiques et chroniqueur – rencontré au premier salon du livre du Beausset et qui m’a acheté mon roman sur un coup de coeur. Lorsque par retour je l’en ai remercié, voici ce qu’il me répond :
Ne me remerciez pas, c’est plutôt à moi de vous remercier pour cette agréable lecture. Certes cet ouvrage ne s’inscrit pas dans mes lectures habituelles mais j’avoue avoir été conquis. Chacune de mes chroniques est rédigée avec passion et franchise. Comme je dis toujours la critique est facile même constructive mais il faut aussi savoir reconnaître la qualité d’un ouvrage…
 
Je ne vais pas m’arrêter en si bon chemin, car trop heureuse de vous faire partager la chronique de Fabien :
Il est de ces ouvrages qui vous touchent droit au coeur pour des raisons qu’il nous est parfois difficile voire impossible à expliquer ce qui aura été le cas pour cet ouvrage. Parfois guidé par une impulsion lors de l’acquisition de nouveaux ouvrages, « Retourne de là où tu viens » détient une histoire un peu plus particulière…

     C’est au détour du premier salon littéraire de la ville du Beausset (Var) qu’il m’a été donné le plaisir de faire la connaissance d’Annette Lellouche. Auteur de divers ouvrages, mais aussi directrice des éditions A5 que je vous invite à découvrir. Alchimie d’une rencontre entre auteurs, je me suis donc décidé à repartir avec cet ouvrage que je m’apprête à vous faire découvrir.

     Ce roman nous amène donc dans le quotidien de Francette dite Francky, au travers d’un concours littéraire. Personnage marqué par un parcours tumultueux, déterminé à percer dans le domaine littéraire. Mais ce monde va s’écrouler pas à pas à cause d’un mail des plus haineux expédié par un certain gemepoète. Prêt à tout pour briser les rêves de notre brave Francette, ce dernier n’aura de cesse de la tourmenter. Entre hésitation et détermination, parviendra t-elle à atteindre cet objectif auquel elle aspire tant? A vous de le découvrir…

     Parlons peu mais parlons bien. Une heureuse découverte au travers de cet ouvrage qui m’envoyait en terre inconnue dans un registre qui n’est pas habituellement dans mes lectures quotidiennes. Le vocabulaire employé par l’auteur s’avère riche et recherché, en parfaite adéquation avec l’ouvrage.

     Au fil des pages, on immerge dans le roman tout en s’attachant à ses protagonistes. La quête de Francette se dévoile peu à peu et les masques du club des douze (le club d’écrivains dont elle fait partie) tombent pour nous offrir un final magistral. Au travers de cet oeuvre, et de cette histoire poignante, l’auteur nous dénonce aussi le comportement cruel que nous pouvons avoir envers nos semblables dès qu’ils sont d’une autre nationalité avec autant de grâce qu’Oscar Wilde dénonçait la décadence du jeune Dorian Gray dans le roman du même titre.

     Bien des sujets qui portent à réflexion, au travers d’un ouvrage poignant qui ne vous laissera pas de marbre. Je ne peux donc que vous conseiller cet ouvrage qui à mes yeux à autant de mérite que bien des auteurs dont la plume nous fait rêver chaque jour. Pour terminer cette chronique, je tiens sincèrement à remercier Mme Annette Lellouche pour l’agréable moment passé au fil de cette lecture…
 
Pour en savoir plus sur Fabien et son site de chroniques littéraires : http://lueurs-mortes.fr 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :